0

Author: admin

Conférence de Presse EKUT, vers 2020

Jeudi 16 janvier 2020, Electro-Kut nous invite pour une visite de son usine ainsi qu’une conférence de presse à ses bureaux. Aux discours, projet d’expansion de l’usine, acquisition de machinerie automatisée de haute autonomie et partenariats financiers avec le gouvernement du Canada.

Tout comme lors du découpage de sa première pièce en 1986, E-Kut innove aujourd’hui avec l’acquisition de technologies d’avant-garde. Faisant face à une pénurie grandissante de main d’oeuvre spécialisée, l’entreprise lavalloise se tourne vers la modernisation de son parc de production.

Fayçal El-Khoury, Élisabeth Brière, Christian Delisle, Angelo Iacono et Suzanne Benoit.

Dans le but de dénicher les meilleures technologies en termes de précision et d’autonomie, l’équipe E-Kut a visité trois salons internationaux majeurs. Oeuvrant dans un monde compétitif et complexe, le choix des équipements devient donc un aspect critique du plan stratégique de l’entreprise.

Quelque 3M$ en investissement plus tard, le Président de l’entreprise, Christian Delisle, se dit confiant de la direction future d’Électro-Kut. Ses partenaires financiers Développement économique Canada (DEC), Investissement Québec ( IQ) et la Banque de Montréal (BMO) ont fait confiance à l’ambitieux projet d’acquisition de trois nouvelles machines de haute technologie sur une courte période de 12 mois.

Une fois la visite de l’usine terminée, tous prient sièges pour la conférence de presse. Parmi les invités se trouvait Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues. Elle a annoncé une contribution remboursable de 825 000 $ accordée à l’entreprise par le gouvernement du Canada. « Electro-Kut est le parfait exemple d’une entreprise qui a su innover dans sa façon de faire pour pallier la pénurie grandissante de main d’œuvre au Québec. » a -t-elle soutenue.

Lors de son discours, Christian Delisle nous partage ses défis à venir. « Il faut penser comme les Grands Acteurs de l’industrie malgré nos moyens limités. On vise les projets à haute valeur ajoutée pour le secteur de l’aéronautique, mais également pour les secteurs commerciaux requérant de la complexité dans la fabrication ».

« Ce sont des équipements d’usinage programmables très sophistiqués qui auront une autonomie complète de 30 à 60 heures sans aucune surveillance. » Affirme-t-il, tout en ajoutant : « Les équipements du projet sont tous « autonomes » en ce sens que nous n’aurons plus besoin d’insérer et de retirer les pièces manuellement lorsque la fabrication sera terminée. »

Par la suite, les députés de Laval Angelo Iacono et Fayçal El-Khoury ont pris la parole pour démontrer leur enthousiasme face aux nouveaux projets d’Électro-Kut. Le commissaire manufacturier industriel de la ville de Laval, Normand Lemay, ainsi que des représentants des clients et fournisseurs majeurs ont assistés à l’événement. Héroux-Devtek, Mécaer, Arconic, Ultrapec, Tecnickrome ont participé à l’ensemble de l’événement.

Implanter des changements qui visent la robustesse et l’efficacité des processus, telle est la stratégie déployée par Electro-Kut dans son virage vers l’industrie 4.0. Grâce à AéroMontréal, dont la PDG, Suzanne Benoit, assistait à l’activité, E-KUT a mis sur pied un ensemble de projets d’amélioration de la performance. Des efforts et des avancements techniques qui portent fruit, nous déclare Christian Delisle, saisissant à l’aide de son équipe spécialisée un contrat de 9M$ sur les 15 prochains mois, soit une augmentation de 30% du chiffre d’affaire de l’entreprise.

Pour terminer son discours, le président d’Electro-Kut nous partage sa vision : “cette énergie déployée ça fait donc des belles pièces. Les autres y voient du métal, nous on voit des œuvres d’art. Et l’art… a ses exigences …  !”

Texte et photo par Pierre-Philip Masse

Electro-Kut prend le virage 4.0

André Allard

C’est en 1986, que Christian Delisle et Ron Fournier se sont associés pour fonder Electro-Kut. Comme l’indique son nom, Electro-Kut a débuté comme spécialiste de l’électroérosion*.

La croissance d’Electro-Kut

Les deux associés avaient choisi d’investir dans l’électroérosion à cause de son potentiel de développement. Mais le financement des machines qui coutaient près de 120 000$ chacune à l’époque était très difficile pour une PME. M. Delisle souligne que l’aide de la Banque de développement du Canada, de Machine Tool Finance Group et de la Banque de Montréal a été cruciale pour le développement de son entreprise. La compagnie a par la suite ajouté des machines-outils utilisant des procédés de fabrication plus traditionnels.

Electro-Kut a toujours œuvré sur des pièces très complexes et demandant une très grande précision. Elle a également développé une expertise en outillage mécanique. Puisque l’usinage dans le secteur aérospatial demande une grande précision, c’est tout naturellement qu’Electro-Kut s’y est intéressée. Malgré sa capacité à produire avec précision, l’obtention des normes de certification en aéronautique a été très exigeant. Entre autre, depuis 2011, Electro-Kut est accréditée NADCAP pour ses procédés EDM. La seule entreprise au Québec a détenir cette accréditation à cette fin.

Le PME lavalloise, qui compte maintenant 65 employés, tire 80% de ses revenus du secteur aérospatial. Ce fournisseur de troisième niveau fait affaire avec les principaux équipementiers de la grappe aérospatiale montréalaise. Ses pièces fabriquées se retrouvent notamment sur des avions d’Airbus, de Boeing ainsi que sur plusieurs avions d’affaires.

Dernièrement, elle a obtenu des mandats de fabrication sur plusieurs programmes d’avions en croissance. M. Delisle prévoit une augmentation du chiffre d’affaires de 30% en à peine 18 mois.

Le financement

Pour une PME, le financement est toujours une question critique quand vient le temps de prendre de l’expansion. 30% de croissance en moins de 24 mois, c’est énorme pour une compagnie de la taille d’Electro-Kut. Au problème de financement il faut ajouter celui de la pénurie de main-d’œuvre.

Electro-Kut
de Gauche à droite: M. Angelo Iacono député libéral d’Alfred Pelan-Mme Suzanne Benoit Présidente directrice-générale d’Aéro Montréal-M. Christian Delisle président et fondateur d’Electro-Kut- Mme Élisabeth Brière députée libéral de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des langues-M. Faycal Elkhoury député libéral de Laval les îles-M. Normand Lemay Commissaire manufacturier industriel au Service du développement économique de la Ville de Laval

Pour répondre à ses besoins, Electro-Kut a donc choisi de se tourner vers la fabrication 4.0. L’entreprise, investira près de 3 M$ dans l’achat de trois machines-outils semi autonomes afin de porter son chiffre d’affaires à 9 M$. L’annonce faite hier, portait sur un prêt remboursable mais sans intérêts de la part de Développement économique Canada. Sans ce prêt de 825 000 $, Electro-Kut n’aurait pas été en mesure de rencontrer tous ses besoins d’équipement.

Notez qu’Investissement Québec et la BMO participent également au soutien financier d’Electro-Kut.

Une fois rodées, les nouvelles machines ne nécessiteront qu’une seule heure d’intervention humaine par période de 24 heures d’usinage. Les besoins de main d’œuvre supplémentaire seront surtout pour de la programmation. L’objectif d’Electro-Kut avec ces nouvelles machines est d’être en mesure de produire 80% du temps disponible.

Lien d’origine

Une PME aérospatiale soutenue par DEC

Le président d’Electro-Kut, Christian Delisle, expliquant le procédé d’usinage de pièces pour la fabrication de composantes de trains d’atterrissage à la secrétaire parlementaire de la ministre responsable de DEC, Élisabeth Brière, et aux députés lavallois Fayçal El-Khoury et Angelo Iacono. (Photo gracieuseté)

Par Stephane St-Amour

Publié le 17 janvier 2020

L’agence de Développement économique Canada (DEC) a consenti un prêt remboursable sans intérêt au montant de 825 000 $ à Electro-Kut, une PME lavalloise oeuvrant depuis bientôt 35 ans dans le secteur de pointe qu’est l’aéronautique civil et militaire.

Députée de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre Mélanie Joly, responsable de l’agence fédérale, Élisabeth Brière en a fait l’annonce le 16 janvier lors de son passage à l’usine située au 2105, rue Michelin, dans le parc industriel de Chomedey.

Automatisation

Cette aide financière représente 30 % d’un investissement privé de l’ordre de 2,8 M$ visant l’automatisation, la robotisation et la numérisation de la chaîne de production.

«Electro-Kut est le parfait exemple d’une entreprise qui a su innover dans sa façon de faire pour pallier la pénurie grandissante de main-d’œuvre au Québec», a déclaré Mme Brière, précisant que «le projet permettra de bonifier les emplois actuels en plus d’accroître sa compétitivité».

De fait, cette entreprise fondée en 1986 n’était plus en mesure de répondre aux exigences de sa clientèle et de saisir pleinement les occasions d’affaires de ce secteur en forte croissance en raison de la rareté d’une main-d’œuvre spécialisée et technique.

Spécialisée dans la fabrication et l’assemblage de composantes destinées nommément aux trains d’atterrissage des avions de ligne Airbus et Boeing de même que plusieurs jets privés, Electro-Kut compte actuellement une soixantaine d’employés.

Soutien précieux

L’acquisition d’équipements de nouvelle génération conçus pour produire des pièces de façon autonome et en continu contribuera à relancer la croissance de la PME sur les marchés de l’exportation, estime son président, Christian Delisle.

«L’automatisation en aéronautique est un défi complexe qui prend du temps à implanter avant d’en retirer tous les bénéfices, note toutefois le principal intéressé par voie de communiqué. Un partenaire financier patient comme DEC est critique pour nous aider à moderniser nos opérations.»

À cet égard, la ministre Mélanie Joly ajoute que la mission de l’agence fédérale consiste justement à «appuyer les PME canadiennes» en les aidant «à s’outiller adéquatement pour qu’elles puissent croître tout en étant compétitives».

En investissant dans de nouveaux procédés, Electro-Kut pourra ainsi se positionner à l’international et consolider la grappe aérospatiale du Grand Montréal, termine la ministre.

Lien d’origine

Electro-Kut to automate with $825,000 federal grant

Laval-based toolmaker wants to expand into global market

From the left (foreground), Electro-Kut founder and president Christian Delisle, Laval-Les Îles Liberal MP Fayçal El Khoury, Parliamentary Secretary for Canada Economic Development Minister Mélanie Joly and Alfred-Pellan Liberal MP Angelo Iacono are seen here at Electro-Kut headquarters in the Laval industrial park last week. Photo: Martin C. Barry

Martin C. Barry

A Laval-based toolmaking company that manufactures complex components for Montreal’s booming aerospace sector received an $825,000 loan from the federal government last week to purchase next-generation equipment in order to become more active in global export markets.

Landing gear parts

Located on Michelin St. in the heart of the Laval industrial park, Electro-Kut was founded in 1986. Since then, the business has developed some leading expertise in the machining of cast and forged parts as well as in exotic alloy materials used in landing gear components.

According to Canada Economic Development for Quebec which is making the grant, Electro-Kut has been facing a growing shortage of technical and specialized labour and is no longer able to meet its clientele’s requirements and take full advantage of business opportunities.

To meet the growing global demand for specialized parts, Electro-Kut is therefore undertaking an ambitious automation, robotization and digitization project.

Ramping up exports

The $825,000 repayable amount will allow the company to purchase three pieces of next-generation equipment to produce parts automatically and continuously. Electro-Kut will also be able to kick-start its growth in export markets and take full advantage of market opportunities in this booming sector of the Canadian economy.

“Automation in aeronautics is a complex challenge that takes time to implement before we can reap all the benefits,” said Christian Delisle, founder and president of Electro-Kut. “A patient financial partner such as CED is critical in helping us to modernize our operations.”

Electro-Kut to automate with $825,000 federal grant

An eye to expansion

At the same time, Delisle appealed to the City of Laval’s Commissioner for Industrial Development (who was present for the announcement) to help pave the way for Electro-Kut to obtain a construction permit from the city in order to carry out a badly-needed enlargement of the company’s facilities, which have become overcrowded.

“Electro-Kut is the perfect example of a business that has been able to innovate in how it operates to overcome the growing labour shortage in Quebec,” said Sherbrooke MP Élizabeth Brière, the parliamentary secretary to Minister of Economic Development Mélanie Joly who was unable to be on hand for the announcement.

Promoting businesses

“Rest assured that the government of Canada under the leadership of Justin Trudeau has an eye out for the well-being of all Canadian businesses,” said Laval-Les Îles Liberal MP Fayçal El Khoury.

Addressing the company’s president, El Khoury continued, “We are calling upon you and your team, your employees, to do your best to help to make known the innovative industry in Laval, and to continue working to grow the workforce with people from Laval in order to improve our economy through the creation of employment.”

Hyperlien dorigine

en_CAEnglish (Canada)
fr_CAFrançais du Canada en_CAEnglish (Canada)