Jeudi 16 janvier 2020, Electro-Kut nous invite pour une visite de son usine ainsi qu’une conférence de presse à ses bureaux. Aux discours, projet d’expansion de l’usine, acquisition de machinerie automatisée de haute autonomie et partenariats financiers avec le gouvernement du Canada.

Tout comme lors du découpage de sa première pièce en 1986, E-Kut innove aujourd’hui avec l’acquisition de technologies d’avant-garde. Faisant face à une pénurie grandissante de main d’oeuvre spécialisée, l’entreprise lavalloise se tourne vers la modernisation de son parc de production.

Fayçal El-Khoury, Élisabeth Brière, Christian Delisle, Angelo Iacono et Suzanne Benoit.

Dans le but de dénicher les meilleures technologies en termes de précision et d’autonomie, l’équipe E-Kut a visité trois salons internationaux majeurs. Oeuvrant dans un monde compétitif et complexe, le choix des équipements devient donc un aspect critique du plan stratégique de l’entreprise.

Quelque 3M$ en investissement plus tard, le Président de l’entreprise, Christian Delisle, se dit confiant de la direction future d’Électro-Kut. Ses partenaires financiers Développement économique Canada (DEC), Investissement Québec ( IQ) et la Banque de Montréal (BMO) ont fait confiance à l’ambitieux projet d’acquisition de trois nouvelles machines de haute technologie sur une courte période de 12 mois.

Une fois la visite de l’usine terminée, tous prient sièges pour la conférence de presse. Parmi les invités se trouvait Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues. Elle a annoncé une contribution remboursable de 825 000 $ accordée à l’entreprise par le gouvernement du Canada. « Electro-Kut est le parfait exemple d’une entreprise qui a su innover dans sa façon de faire pour pallier la pénurie grandissante de main d’œuvre au Québec. » a -t-elle soutenue.

Lors de son discours, Christian Delisle nous partage ses défis à venir. « Il faut penser comme les Grands Acteurs de l’industrie malgré nos moyens limités. On vise les projets à haute valeur ajoutée pour le secteur de l’aéronautique, mais également pour les secteurs commerciaux requérant de la complexité dans la fabrication ».

« Ce sont des équipements d’usinage programmables très sophistiqués qui auront une autonomie complète de 30 à 60 heures sans aucune surveillance. » Affirme-t-il, tout en ajoutant : « Les équipements du projet sont tous « autonomes » en ce sens que nous n’aurons plus besoin d’insérer et de retirer les pièces manuellement lorsque la fabrication sera terminée. »

Par la suite, les députés de Laval Angelo Iacono et Fayçal El-Khoury ont pris la parole pour démontrer leur enthousiasme face aux nouveaux projets d’Électro-Kut. Le commissaire manufacturier industriel de la ville de Laval, Normand Lemay, ainsi que des représentants des clients et fournisseurs majeurs ont assistés à l’événement. Héroux-Devtek, Mécaer, Arconic, Ultrapec, Tecnickrome ont participé à l’ensemble de l’événement.

Implanter des changements qui visent la robustesse et l’efficacité des processus, telle est la stratégie déployée par Electro-Kut dans son virage vers l’industrie 4.0. Grâce à AéroMontréal, dont la PDG, Suzanne Benoit, assistait à l’activité, E-KUT a mis sur pied un ensemble de projets d’amélioration de la performance. Des efforts et des avancements techniques qui portent fruit, nous déclare Christian Delisle, saisissant à l’aide de son équipe spécialisée un contrat de 9M$ sur les 15 prochains mois, soit une augmentation de 30% du chiffre d’affaire de l’entreprise.

Pour terminer son discours, le président d’Electro-Kut nous partage sa vision : “cette énergie déployée ça fait donc des belles pièces. Les autres y voient du métal, nous on voit des œuvres d’art. Et l’art… a ses exigences …  !”

Texte et photo par Pierre-Philip Masse